Le bruxisme


Ce trouble atteint autant les enfants que les adultes.

Qu’est ce que le bruxisme ?
Le « bruxisme » est un grincement ou un serrement intempestif des dents en dehors des périodes de mastication ou de déglutition, durant lesquelles les dents se touchent naturellement.
La journée, le bruxisme est assimilé à des crispations et des serrements importants et inconscients. Lorsque l’on se surprend à serrer, il faut absolument penser à se décontracter.
La nuit, l’absence de contrôle augmente très nettement cette tension. Le bruxisme se manifeste par des grincements pouvant paraître impressionnants et très bruyants. 

Quels sont les causes du bruxisme?
Le bruxisme, dans 80% des cas, est le résultat d’une manifestation psychosomatique liée au stress et échappe donc à la volonté du patient. La pathologie est liée à un dérèglement central (au niveau du cervelet).
Tous ces éléments expliquent la difficulté de son traitement.
Une instabilité occlusale (manque de calage, défaut de guidage des dents, malpositions dentaires…) peut entretenir le phénomène.
Le phénomène s’auto-entretient : plus vous bruxez et plus vos muscles sont contractés. Plus vos muscles sont contractés et crispés et plus vous avez tendance à serrer.

Quelles sont les conséquences du bruxisme ?
Les forces musculaires impliquées dans le bruxisme sont bien supérieures à celles de la mastication. Elles sont donc très nocives pour l’ensemble de la sphère oro-faciale : c’est le maillon le plus faible qui cèdera en premier.
• Les dents : usure de l’émail et de la dentine, sensibilités au froid, nécrose du nerf dans les cas extrêmes.
• Les couronnes : fracture de céramique.
• Le parodonte : aggravation de la maladie parodontale, de la destruction osseuse et de la profondeur des poches.
• L’articulation temporo-mandibulaire : aggravation de problèmes de luxation des condyles, arthrose dégénérative.
• Les muscles masticateurs : hypertrophie, céphalées de tension, migraines.

Quels sont les traitements à envisager ?
On ne peut à l’heure actuelle traiter la cause.
• Le traitement essentiel est la gouttière qui permet de protéger les dents et d’éviter leur usure.
• La relaxation musculaire par étirement des muscles masticateurs.
• Une déprogrammation d’une malocclusion.
Des traitements par injection de botox dans les muscles masticateurs sont à l’étude. L’objectif est de limiter la force intrinsèque du muscle pour limiter le phénomène.

A retenir
• Le bruxisme est la conséquence de phénomènes multi-factoriels complexes.
• Il peut mettre en péril des reconstructions prothétiques. Chez le bruxomane, les travaux prothétiques seront protégés par le port d’une gouttière la nuit.


Dernière mise à jour le 23/12/2013
Auteur : Comité scientifique
Les informations fournies sur ce site internet sont destinées à améliorer, et non à remplacer, la relation entre le patient (ou visiteur du site) et les professionnels de santé.